Dernière mise à jour: 30.11.22

 

Pour parcourir 35 000 kilomètres, il leur a fallu 14 mois. Ils ont sillonné 25 pays durant leur itinéraire. Voyager à travers l’Europe à bord d’un camping-car était un choix évident pour eux, car pourquoi partir dans un autre continent alors que le leur regorge de nombreux atouts ? Dans cet article nous allons vous faire part de cette expérience exceptionnelle qu’un couple avait vécue.

 

Il était temps de faire une pause

Jusqu’au jour où nous avions pris la décision d’effectuer un tour d’Europe en camping-car, notre vie était plutôt convenable. Nous sommes jeunes, avec un emploi fixe, et une habitation en location.

Peut-être, que pour certains réaliser un road trip à travers l’Europe et mettre ses occupations en pause pendant plus d’un an est inenvisageable. Mais notre soif de découvrir d’autres cultures, différents modes de vie et aller à la rencontre de nouvelles personnes était plus forte. C’est ainsi que notre aventure commence avec le petit Swingy, et croyez-le, ça en valait vraiment la peine.

Tour d’Europe en un an

« Et pourquoi pas un tour du monde en camping-car ? » Ce n’est pas la première fois que nous avons entendu ces mots. Bien qu’il s’agisse d’un projet réellement chronophage, pour nous, ces quelques mois étaient assez justes, car notre continent renferme tellement de merveilles qu’on désirerait tout explorer.

Et si vous aussi vous êtes un habitué, vous vous doutez sûrement que vivre sur les routes pendant un long moment ce n’est pas des vacances parce qu’au fil des jours un rythme de vie et de nouveaux repères s’installent peu à peu. Surtout quand il faut voyager en camping-car.

 

14 mois de voyage, 30 pays traversés, 35 000 kilomètres

Notre voyage n’était pas du tout touristique, vu nos conditions de vie et notre parcours. Après 14 mois sur les routes, et 35 000 kilomètres parcourus, on vous le confirme.

La chance n’a rien à voir avec ce tour de l’Europe même si nous avons entendu cela très souvent, car lors de telles aventures, le hasard ne fait pas tout.

 

Partir à la découverte du Vieux continent

Risques, volonté, priorités et choix sont les mots qui peuvent résumer le périple. Heureusement que nous étions en bonne santé et que nous avions en notre possession une nationalité qui nous permettait d’aller dans différents endroits.

Durant le voyage, nous avions rencontré quelques personnalités. Et malgré leurs statuts et contre toutes attentes, ils étaient vraiment sociables et affectueux. 

Ce voyage en camping-car nous a aussi permis de côtoyer d’autres passionnés. Des Français comme nous. Le courant est vite passé, on avait même l’impression d’avoir été des amis de longue date (j’espère qu’ils se reconnaîtront).

Ce genre de moment est l’une des raisons pour lesquelles nous aimons voyager.

 

Faire le tour d’Europe en camping-car est-il le meilleur des options ?

Notre trajet s’est fait au volant d’un Hymer Swing 494. Ce modèle de camping-car nous a permis de découvrir les plus beaux pays d’Europe.

Ce véhicule a transformé notre expérience. Il nous a offert l’opportunité de vivre en harmonie avec la nature. Nous avons pu observer des panoramas exceptionnels, sans parler des levers et couchers de soleil à couper le souffle.

Comme il est de petite taille, le camping-car s’est bien adapté à différents paysages. Et si nous avions choisi de faire le voyage en avion, nous serions passés à côté de nombreuses rencontres que nous avions faites et que nous ne regrettons absolument pas.

Ce fut l’occasion pour nous de voir au-delà de notre porte. De tenter une nouvelle expérience avec des gens dont la culture est complètement à l’opposé de la nôtre. Pour leur part, ils étaient aussi fiers de nous partager leurs quotidiens.

Que ce soit eux ou nous, tous étaient curieux et ouverts aux habitudes et aux modes de vie de chacun. Une étape du voyage très enrichissante.

 

Les plaisirs du voyage ambulant : galères, aires de services, sécurité

Ceux qui nous ont précédés savent parfaitement que partir pour un tour d’Europe en camping-car n’a rien à voir avec les vacances. Pourquoi diriez-vous ? Parce qu’il faut s’adapter à un nouveau rythme de vie. Nos habitudes changent complètement du jour au lendemain.

Notre quotidien fut un mélange de joie et de difficulté.

 

Se stationner, se chauffer, se laver

Partir en camping-car implique qu’il faut se doucher dans un tout petit espace. Et quand les réserves sont épuisées, il faut aller s’approvisionner, car il reste encore de la vaisselle à nettoyer, les repas à cuire et la lessive à faire. Quand on parcourt l’Europe en camping-car, il faut aussi penser à vider fréquemment les toilettes ainsi que les eaux usées, ce qui n’est pas toujours une tâche de rêve. 

Pas de chauffage

En disposant des outils appropriés et avec une bonne organisation, nous avons su faire face aux différentes petites pannes du quotidien, mais les imprévus ne sont jamais loin.

La mésaventure a eu lieu au Royaume-Uni. Nous avons un chauffage/chauffe-eau Truma. Il nous a lâchés en plein hiver. La seule solution que nous avions trouvée est de faire bouillir de l’eau pour se réchauffer. Hélas, ce n’était pas très pratique, car cela augmentait le taux d’humidité dans le camping-car.

Ceci est un point essentiel lorsque vous voulez découvrir l’Europe en camping-car. Personnellement, nous avons choisi le GPL.

 

Quel gaz utilisé ?

Nous avons opté pour le GPL. Il est vrai que cela ne peut pas résoudre les problèmes techniques. Néanmoins, la différence est visible dans la facture, car elle est moins chère. Mais aussi, on oublie les consignes fastidieuses des bouteilles de gaz ordinaires. Si vous voulez en savoir plus, sachez que des tutos vidéos sont disponibles sur internet.

 

Où stationner lors d’un itinéraire de road trip en Europe ?

Dans les pays européens, il existe désormais de nombreux lieux de stationnement dédiés aux camping-cars. En général, ce sont des endroits calmes et sûrs qui vous permettront de vous mettre à l’abri en cas d’intempéries.

Comme nous avions à notre disposition de bons outils, additionnés à l’expérience que nous avions acquise lors des premiers mois sur route, nous avons trouvé rapidement des aires de services, de petits campings familiaux, de bons bivouacs. Ces derniers varient selon les pays.

 

Quand est-il du pipi du matin ?

C’est une des galères des voyages en camping-car en Europe. C’est durant notre halte en Ukraine que nous avions le plus ramé. Notre véhicule stationnait en pleine ville et faire pipi au petit matin était impossible, surtout pour madame. Ce fut une réelle source de conflit au sein de notre couple.

 

Le casse-tête des campings, des services et des aires de camping-car en Europe

L’organisation de chaque pays sur ce point est différente. Et en parcourant les plus beaux pays d’Europe, on peut les classifier comme suit :

 – Les pays connaissant bien le concept du camping-car comme une grande partie de l’UE et surtout la France.

 – Les pays qui ignorent ce mode de voyage ou ceux avec un minimum de connaissance, à l’instar de l’Ukraine, la Russie et la Biélorussie.

 – Les pays qui proposent des solutions intermédiaires.

 

L’importance du modèle de véhicule

Prêtez attention au choix du camping-car qui vous accompagnera durant votre trajet. Notre Swinguy nous a bien épaulés. Le véhicule est doté de coffres de toit. Il s’agit d’une capucine Hymer Swing 494, 1,9 TD de 90 CV. Elle a une longueur de 4,90 mètres et sa hauteur est de 3,20 mètres.

Les critères à considérer sérieusement sont les équipements présents dans le véhicule. Il faut que ces derniers correspondent à vos besoins de voyages, et à votre itinéraire. 

Après avoir sélectionné le bon camping-car, vous pouvez penser aux éventuels coûts de votre tour d’Europe.

 

Le voyage en camping-car en Europe est-il conseillé pour les travailleurs nomades ?

Oui, car votre condition de voyage vous permettra de réaliser votre occupation peu importe le lieu où vous vous trouviez. Il faut aussi disposer des matériaux nécessaires. Pour nous, il était assez important d’alimenter régulièrement notre site internet. Nous enchaînons les écritures, les mises en pages, les montages et les photographies. Nous étions à la fois voyageurs et travailleurs nomades.

 

L’électricité et le réseau internet

Afin d’avoir le nécessaire pour travailler avec nos PC, nous avons dû chercher constamment de l’électricité. En effet, nous devions faire le montage des vidéos, la sélection des photos, le stockage de toutes les données, dont les chroniques. Si nous avions la possibilité de choisir une chose que l’on pouvait avoir avec nous en tout temps, on aurait pris un accès à l’électricité ainsi que des batteries plus performantes pour pouvoir travailler à n’importe quelles heures de la journée.

Mais ce n’était pas l’unique problème. En effet, nous avions également eu comme souci l’accès à l’internet durant notre itinéraire de tour d’Europe en camping-car. Étant le seul moyen pour communiquer nos textes et partager notre voyage, nous avons dû trouver une solution partout où nous étions. L’accès au réseau Wifi étant cependant très difficile dans certaines régions, nous avons dû acquérir des clés 4G qui nous ont permis de garder le contact avec les internautes. Au cours de l’aventure, il nous a fallu chercher des astuces pour arriver à nous connecter, et cela en fonction du pays où nous étions.

Les réseaux sociaux

Sur les sites, les internautes pensent que les voyages ont été un vrai moment de plaisir et que tout a été parfaitement maîtrisé, mais ce n’est que le sommet visible de l’iceberg. En effet, dans notre cas, mis à part notre site internet, il fallait également alimenter nos comptes instagram. Contrairement à ce que l’on a l’habitude de voir sur les réseaux, nous avons tenu à mettre en lumière le périple réel que nous avons vécu, assez éloigné des histoires à l’eau de rose.

C’est pourquoi nous avons exposé ce qui se déroule derrière les belles photos en mettant en scène nos préparations et nos vies durant l’aventure. Cela ne signifie pourtant pas que partir en camping un long moment ne nous a pas permis de passer de bons moments, mais nous estimons qu’il est utile de préciser que ce n’était pas toujours facile.

 

Combien investir pour un tour d’Europe ?

Le budget est sûrement un point qui intéresse plus d’un. Avant tout, sachez que le montant à investir dépend du voyage que vous planifiez, c’est-à-dire des destinations, de la façon suivant laquelle vous souhaitez vous déplacer ainsi que le style de vie que vous adopterez tout le long de l’itinéraire.

Dans notre cas, ces 14 mois nous ont coûté 1200 euros par mois, soit 15 000 en total. Durant ce temps, nous avons en tout visité 25 pays et effectué 35 000 km. L’essence et la cuisine occupent une grande place dans cette dépense. Le budget du voyage par pays est également très différent.

En choisissant de faire ce road trip, nous avons dû renoncer à pas mal de choses dont la vie de famille, les sorties avec les amis, mais surtout nos revenus. Le retour n’a pas été simple après un an de voyage où notre table de camping a dû acquérir un côté polyvalent, car c’était à la fois notre table à manger, notre bureau et notre plan de travail au moment de préparer les repas. Nous avons eu besoin de temps pour revenir à nos habitudes.

Si vous êtes prêt à vivre une aventure hors du commun, n’hésitez pas à tenter l’expérience. Trouvez un véhicule, recherchez une idée d’itinéraire en camping-car et programmez votre propre tour d’Europe.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES