Dernière mise à jour: 19.10.19

 

Les deux marques Victorinox et Wenger sont des leaders dans la conception et la commercialisation de couteau suisse. Chacune de ces firmes a réussi à s’imposer sur le marché. Toutefois, Wenger a rencontré des difficultés financières. Victorinox s’est donc proposé d’acquérir la marque. Au final, ces deux enseignes ont fusionné afin d’améliorer leur image sur le marché.

 

Un peu d’histoire pour commencer

Avant de parler de la situation actuelle de ces deux géants, il convient d’abord de faire un petit retour en arrière. Nous avons choisi plusieurs dates marquantes afin d’illustrer les parcours de ces marques qui continuent de faire parler d’elles malgré les années qui passent. Tout a commencé pour Victorinox en 1891, l’année où la marque a vu le jour à Ibach. À l’époque, elle fournissait l’armée en couteau. Quant à la société Wenger, elle a commencé ses activités en 1893 et fournissait également l’armée à partir de 1901. Ce type de couteau a d’ailleurs été utilisé pour la première fois dans l’espace vers les années 1992.

Au début, le premier couteau suisse comportait un manche fait en bois. Concernant les composants, il était doté d’un tournevis, d’une lame, ‘un poinçon ainsi que d’un ouvre-bouteille. Au fil des années, sa conception a beaucoup évolué. Dorénavant, les modèles sont fabriqués en aluminium et les couleurs adoptées permettent de les différencier plus facilement. Sachez alors que les exemplaires rouges sont destinés aux civils et les autres pour l’armée.

L’année 2005 a été particulièrement marquante pour ces deux enseignes. En effet, elle a été marquée par le rachat de Wenger par Victorinox. Toutefois, Wenger continue d’exister et il a continué à conserver ses employés.

 

 

Wenger, un parcours évolutif à travers le temps

Connue principalement pour la fabrication de couteau suisse, Wenger est une marque qui a réussi à survivre depuis plus d’une centaine d’années. Le secret de l’enseigne réside dans les évolutions apportées dans ses produits. Par ailleurs, cette politique a permis à Wenger de s’imposer sur le marché international. Tous les connaisseurs savent également que les produits de cette firme sont synonymes de qualité et surtout de longévité. Le principal objectif de cette marque, c’est d’intégrer le plus de fonctions possible dans un seul objet. Après plus d’une centaine d’années, Wenger a réussi le pari. En effet, elle a pu proposer des produits qui s’accompagnent de 87 outils et jusqu’à 141 fonctions. Les articles qu’elle propose sur le marché existent également jusqu’à 150 exemplaires différents.

En vue d’élargir sa notoriété à travers le monde, Wenger a adopté la politique de diversification de ses produits. Ceci lui a permis de pérenniser ses activités. Pour ce faire, l’enseigne s’est lancée dans la conception de montre en 1989. Il en existe d’ailleurs plus d’une centaine de modèles jusqu’à aujourd’hui. Ce n’est pas tout, puisque la société a également élargi ses activités en proposant d’autres articles destinés aux activités en plein air comme les chaussures. Elle couvre également le marché du voyage et du camping en proposant des sacs à dos. Malgré cette reconversion, Wenger a toujours réussi à privilégier la qualité ainsi que la fiabilité de l’ensemble de ses produits. Aussi, le meilleur couteau suisse Wenger reste accessible pour tous.

 

Victorinox et Wenger fusionnent

Suite à d’importantes difficultés financières, Wenger a été repris par Victorinox au printemps de l’année 2005. En effet, les chiffres d’affaires de cette société étaient dans le rouge depuis 2004. Sur une période de 4 ans, les ventes réalisées par l’entreprise ont chuté d’un tiers. Ce rachat a donc permis de sauver Wenger. Par ailleurs, cette dernière avait obtenu la garantie de conserver tous ses employés ainsi que le site de Delémont. En dépit de cette acquisition, les deux sociétés étaient maintenues. Face à cela, Wenger continuait donc à exercer comme étant une entreprise indépendante. Compte tenu de cette situation, la clientèle n’arrivait pas forcément à différencier ces deux marques. Ceci augmentait inévitablement la concurrence entre les deux géants. Afin d’y remédier, ces derniers ont réuni leur force et se concentrent essentiellement sur l’enseigne Victorinox.

Cette initiative a pour but d’éclaircir le positionnement de la société face aux consommateurs et surtout de développer les activités du groupe à l’échelle mondiale. Ceci dit, il n’y aura qu’une gamme sélective de chez Wenger qui sera ajoutée à la collection de Victorinox. Par contre, tous les articles sous licence ainsi que les montres continuent à être vendus avec la marque Wenger.

 

 

Wenger et Victorinox, deux marques différentes avec des points communs

Afin de réaliser quelques économies, vous pouvez trouver un couteau suisse moins cher chez la marque. Malgré la grande diversité des articles qui sont disponibles actuellement, vous n’aurez pas du mal à trouver le produit dont vous recherchez.

La principale caractéristique qui définit ces deux marques est l’écusson rouge avec une croix blanche. Cependant, leur logo diffère légèrement afin de vous aider à les distinguer plus rapidement au moment de l’achat. Aussi, ces deux marques sont âgées de plus d’un siècle. Ce qui témoigne de leur grande fiabilité et surtout de la qualité de leurs produits. En effet, Victorinox a vu le jour dans les années 1884 tandis que Wenger a été fondée au cours de l’année 1893. Par conséquent, les deux fabricants disposent grandement de tout le savoir-faire pour créer des produits durables et surtout de qualité supérieure.

Depuis le début de leurs activités, Wenger et Victorinox étaient les fournisseurs exclusifs de l’armée. Tout a commencé vers la fin du 19e siècle quand cette dernière a acquis un nouveau modèle de fusil qui devait être démonté à l’aide d’un tournevis. Afin de répondre à ce besoin, les deux enseignes s’étaient lancées dans la conception de dispositif multifonctionnel. Elles ont donc créé les couteaux suisses qui étaient dotés d’ouvre-boîte, de tournevis, de lame et même d’alène. Toutefois, elles ne se limitaient pas uniquement à exercer dans le domaine de fabrication de couteau. En effet, elles ont également réussi à gagner la notoriété dans le secteur de la cuisine. Ceci s’explique par leurs produits qui sont adoptés par de nombreux professionnels culinaires.

Implanté à Ibach, Victorinox emploie plus de 1800 travailleurs et affiche une production annuelle de couteau qui atteint les 25 millions. Quant à l’autre expert qui est Wenger, la marque collabore au total avec 248 ouvriers et 193 d’entre eux interviennent à son siège à Delémont.