Dernière mise à jour: 09.12.19

 

Randonner avec un bébé n’est pas toujours évident pour la maman ou le papa. Pratiquer une activité aussi éprouvante pour celles qui viennent d’accoucher ou après quelques mois suivant la naissance peut conduire à des risques sur la santé aussi bien pour elles que le petit. Et transporter le sac de couchage, la bouteille, les provisions et autres affaires, y rajouter un enfant ne nous facilite pas la tâche. Voici alors comment marcher confortablement avec lui.

 

On distingue 3 principaux équipements dans lesquels le bébé voyage en toute sécurité et confortablement sur les sentiers avec ses parents à savoir l’écharpe, le porte-bébé physiologique et le sac à dos porte-bébé. Dans les lignes suivantes, nous vous montrons alors les points forts et faibles de chacun et pourquoi vous devriez choisir les uns ou les autres. Nous les avons classés en fonction des préférences des randonneurs.

 

Le sac à dos porte-bébé

Vu sa configuration, on peut dire que c’est le petit chouchou des parents en quête de sécurité optimale et de bien-être. En matière de solidité et de finitions, il surpasse ses cousins. L’épaisseur du tissu utilisé ainsi que la fiabilité des coutures rassurent les parents. Le produit embarque d’ailleurs plusieurs réglages à différents niveaux afin d’ajuster le poids de l’enfant sur le dos de l’adulte. Le bébé de là-haut profitera d’une vue imprenable. Sa forme favorise aussi l’aération de votre dos.  

C’est le type le mieux équipé pour une randonnée. En effet, avec le sac lui-même on a l’habitude de bénéficier d’une protection solaire ou contre les averses. Et comme il s’agit à proprement parler d’un sac, vous n’avez pas besoin d’un autre pour ranger vos affaires de randonnée (téléphone, cartes, GPS, nourriture et boissons). Vous ferez d’une pierre deux coups. Et pour cause, dans la liste vous inclurez forcément le biberon, les couches, la tétine, la gourde, les vêtements de rechange du petit.  

Ce côté apparait aussi comme un inconvénient. Certes, votre enfant aura un panorama large, mais se sentira un peu seul vu que vous lui tournerez le dos en permanence. Ça casse donc un peu l’ambiance famille et de proximité à laquelle plusieurs parents aspirent en pratiquant ce genre d’activité avec leurs enfants.

Qui dit qualité dit aussi poids. Et comme la plupart des enfants atteignent déjà 3 à 4 ans pour ce genre de dispositif (on ne peut pas porter un bébé de quelques mois à l’intérieur), il vous faudra de la force dans les épaules et le dos, même si celui-ci est plus ou moins réparti comme il faut. Entre des marques comme Fillikid, Pawsfiesta ou Deuter, les parents ont un large choix de designs, de réglages et d’accessoires.

 

 

Le porte-bébé physiologique

Cette catégorie n’est pas aussi matelassée (et donc moins lourde) que le sac porte-bébé, mais elle tient quand même le petit bout et la maman confortables. Le produit est disponible dans différentes nuances et tailles afin de s’adapter au mieux à l’âge du choupinet.

Contrairement à ses paires, on a plus de facilité à transférer ce dernier de devant à derrière et vice versa dans un porte-bébé physiologique. Installer le petit dernier à l’intérieur et enfiler les bretelles parait un jeu d’enfant comparé aux autres modèles.

N’empêche, il vous faudra toujours autre chose pour transporter vos affaires. Patientez 6 mois après la naissance pour pouvoir vous en équiper. Ces modèles ne sont pas toujours fabriqués en coton, donc le contact de la surface assez rigide avec la peau du bébé provoque parfois des irritations.

Boba revient sur toutes les bouches ici. On entend aussi souvent Meinkind, Viedouce, Je porte mon bébé évidemment (l’un des leaders du marché), Néobulle et des outsiders comme Youjia font chavirer les cœurs des consommateurs. Vous y repèrerez peut-être le meilleur porte-bébé de randonnée.

 

L’écharpe

L’avantage avec l’écharpe, c’est qu’en hiver ou lorsqu’on parvient à une plus haute altitude, le bébé et la mère restent tous les deux au chaud, car celle-ci pourra enfiler une veste de portage sans souci. En plein soleil, par contre, ce n’est pas conseillé.

Là où l’écharpe se montre des plus utiles, c’est quand vous devez changer le bébé, mais que vous avez oublié la couverture censée servir de table à langer ou quand vous voulez le couvrir dans la poussette sans qu’il ait trop chaud. Comme cette bande de tissu existe dans différentes formes avec ou sans nœuds, avec ou sans anneau, les parents choisissent aisément celle qui leur correspond le mieux.

 

 

Côté maintien et rangement, ce n’est pas le top. Vous n’avez nulle part où glisser vos affaires et la disposition au niveau des hanches et des épaules se révèle moins confortable par rapport au porte-bébé physiologique et au sac. Toutefois, le fait que le bébé soit pratiquement collé au corps de la maman facilite la marche. Celle-ci garde mieux son équilibre sur des passages caillouteux (même si on déconseille aux familles avec petits enfants d’emprunter ce genre de parcours). En effet, il est plus prudent de s’aventurer sur des pentes douces et un terrain sec (donc peu glissant) pour la sécurité du duo.

L’écharpe convient pour un usage domestique, mais beaucoup moins pour une randonnée. Cette catégorie favorise le rapprochement avec l’enfant. Vous aurez donc tendance à suer beaucoup après avoir franchi quelques kilomètres avec cet outil même si la plupart sont élaborés dans des tissus respirants. Le nouage de celui-ci complique le travail aux parents. Certains se limitent au nouage simple, mais quand le bébé veut téter ou qu’il faille le faire dormir, les choses se corsent.

Keababies, Cuddlebug, Bébé Calin, Ti-Wawita et des enseignes qu’on connaît moins comme Cetticii, Makimaja, mais qui écoulent bien leurs produits, envahissent le marché. Dans tous les cas, assurez-vous que le petit randonneur y est bien à l’aise, peu importe le type choisi. Vérifiez qu’il n’est ni trop lâche ni trop étroit et que les matières avec lesquelles il est fabriqué sont solides et moelleuses.