Dernière mise à jour: 15.11.19

 

La randonnée fait partie des activités appréciées par monsieur tout le monde, des moins sportifs aux chevronnés, petits et grands. Elle fait travailler presque tous les muscles (surtout la marche nordique) et permet de voir du terrain. Seulement, quand on la pratique en famille, on se doit de revoir le matériel qui nous accompagne, afin de ne pas faire courir de risques inutiles à nos enfants et à nous-mêmes.

 

Les bienfaits de la randonnée sur les enfants

Il est vrai qu’au niveau physique, vu qu’on les porte presque sur la plupart du parcours, la randonnée n’a pas d’effet proprement dit sur le corps des bébés. Quoique, rien que voyager et de sentir les foulées des parents sur des routes rocheuses peut déjà les fatiguer un tantinet. On peut donc dire qu’ils s’endurcissent à travers cette pratique dès leur jeune âge. Le fait d’être confronté au soleil, à l’air frais, à l’agitation souvent présente dans les activités outdoor comme celles-ci suffit déjà aussi à les éprouver.

Outre l’effort physique, marcher en pleine nature développe les sens des nourrissons et des enfants plus grands. De 4 à 6 ans, ils découvrent tout un tas de choses nouvelles, des animaux, des plantes, du paysage, ce qui stimule davantage leur matière grise. Certes, peut-être que plusieurs années plus tard, ils s’en rappelleront à peine, mais des scientifiques affirment que les enfants qui sortent pour jouer sont plus épanouis que ceux qui restent enfermés entre les murs.

Ce genre de sport doux a aussi tendance pour raffermir les liens familiaux. L’enfant partage le plaisir des parents (qui doivent en contrepartie respecter son rythme à lui et l’inclure dans cette aventure toute nouvelle). Dès 2 ans, les parents peuvent par exemple le faire participer en lui confiant un mini sac à dos où il rangera sa nourriture et sa gourde, en montant l’abri ensemble, ou encore lui expliquer les règles de sécurité de mise dans ce type d’environnement.

C’est aussi l’occasion pour le papa et la maman d’apprendre la discipline aux plus jeunes : respecter un ordre comme ne pas s’approcher du bord de la falaise, attendre d’arriver au point de restauration pour prendre son encas, fonctionner en équipe, se débrouiller par soi-même et autres valeurs éducatives importantes à appliquer dans la vie de tous les jours.

 

 

Les installer confortablement

Avant de partir, prévoyez toujours d’envoyer le loulou faire ses besoins afin de ne pas vous attarder sur la route. Appliquez-lui également des produits anti moustiques au cas où vous vous attarderiez dehors ou y dormiriez carrément. Il existe deux équipements de transport les plus courants lorsqu’on parle de randonnée en famille qui sont le porte-bébé physiologique et le sac porte-bébé.

Le porte-bébé physiologique : Le bébé voyage à l’intérieur dès ses 6 mois. Il y adopte une position agréable sur tout le long, même s’il se colle davantage au parent. Et qui dit proximité dit transpiration et chaleur abondante.

Le produit réunit les avantages d’une écharpe de portage et de son cousin proche, le sac porte-bébé, c’est-à-dire un rembourrage optimal, un poids plume, la sécurité de l’enfant à travers les différents ajustements et sangles de maintien et une apparence variée. Dans ce genre de dispositif, il est possible de porter le bébé dans le dos, mais aussi sur le ventre face à nous ou dos à nous.

Il gagne des points dans l’installation des tout-petits à l’intérieur vu qu’il suffit de quelques gestes pour les y faire entrer et les en sortir. Il prend aussi moins de place au rangement. Ce moyen de portage existe dans diverses matières faciles à nettoyer et douces pour la peau des bébés comme celles des parents (coton ou polyester).

Le sac porte-bébé : À partir d’un simple coup d’œil posé sur ce genre de produit, on en tire que sa conception a fait l’objet d’une étude des plus approfondies axée sur le confort et le bien-être des deux parties. Cet exemple d’ergonomie intègre un compartiment où mettre le bébé sur le dessus et un autre pour les affaires en dessous. Il n’y a pas de crainte à avoir au moment de poser l’ensemble, même sans se retourner, car un ou deux supports métalliques solides soutiennent le tout pour ne pas s’écrouler.

Cela coupe juste un peu le contact parent-enfant sur la route, car tous les deux regardent dans la même direction. L’adulte ne sait donc pas vraiment comment va le petit derrière, surtout s’il ne parle pas

Le poids handicape aussi souvent les randonneurs chez ce genre de modèle. Ce dernier fait presque 4 kg à vide, et si on l’additionne au bébé et aux autres affaires à transporter, il vous faudra des épaules et un dos solides.

En tout cas, en ce qui concerne les finitions et la qualité, il n’y a rien à en redire. Matière imperméable, accessoires et poches de rangement complets, systèmes de fermeture et de maintien rassurant les plus inquiets, garnissage maximal sur chaque partie… on peut dire qu’il n’existe pas vraiment d’entrée de gamme chez ce genre d’articles. La plupart coûtent une petite fortune. Mais c’est un mal pour un bien. Leur forme réduit aussi la sueur à grosses gouttes sur de longs trajets, surtout au niveau du dos, ce qui favorise encore plus le confort du porteur.

 

 

Les erreurs à éviter en rando

Déjà, fiez-vous uniquement aux marques connues pour votre investissement : Boba, Ergobaby, Je porte mon bébé ou Manduca pour votre porte-bébé physiologique et Deuter ou Osprey pour les modèles sacs. En matière de porte-bébé de randonnée, trouvez ici notre sélection des meilleurs produits. Autrement vous risquez de vous ruiner dans un système de portage qui n’en vaudra pas la peine.

Ensuite, si votre enfant a 5 ans et qu’il pleure et crie pour que vous le portiez, si vous avez adapté la distance à son âge et que vous savez qu’il peut le faire, ne cédez surtout pas à son caprice. Ne vous arrêtez que pour boire ou vous reposer quelques minutes.

Ne le grondez pas non plus à chaque fois. Expliquez-lui calmement que s’il ne coopère pas, vous vous attarderez sur la route et serez exposés à différents dangers comme les bêtes sauvages ou autres. Vous pouvez aussi essayer de le motiver au début en lui promettant des friandises à l’arrivée, mais attention, que cela ne devienne pas une habitude. Il doit pouvoir faire les choses de manière désintéressée.