Dernière mise à jour: 06.12.19

 

Les aventuriers qui aiment profiter de la nature n’éprouvent aucune objection à passer quelques jours dans les montages. Même si vous êtes novice dans ce domaine et souhaitez tout de même découvrir la France d’une autre manière, effectuer du camping sauvage semble une option favorable. Toutefois, avant d’entamer votre escapade, munissez-vous des équipements nécessaires et adéquats.

 

Le camping sauvage : est-ce destiné à tout le monde ?

Cette pratique constitue une façon particulière de se ressourcer ou de réfléchir sur sa vie. Des personnes choisissent habituellement de partir pour ce type de destination afin de se retrouver seuls. D’autres parcourent la planète juste pour le désir de profiter de la beauté de la nature et des aventures qui les accompagnent. Les raisons pour lesquelles chacun a envie de s’évader en plein air diffèrent par individu. Mais dans l’ensemble, un camping sauvage mentionne des risques que l’on peut éviter en prenant soin de bien se préparer et de bien connaître les bases de cet art.

Ce voyage peut effectivement s’effectuer en famille, entre amis, en couple, et dans la plupart des cas en solitaire. Il n’y a pas d’âge limite qui interdit sa pratique. Il faut juste bénéficier d’une santé de fer et de sa meilleure forme pour pouvoir parcourir les sentiers battus au cœur de la jungle. Un équipement adéquat à cette escapade reste de premier ordre pour préserver la sécurité de la personne. Le besoin de recourir à un bon abri s’impose alors. Ainsi, si vous disposez de la mentalité, de la force et du courage, alors, n’hésitez pas à vous lancer.  

 

 

Le choix du campement

Certes, le principe de cet art vise à établir sa base sur des lieux magiques, inhabituels et insolites. Toutefois, pour rester en sécurité, il faut respecter certaines règles de survie élémentaires. La première chose à voir dans ces conditions, c’est l’amplitude de l’endroit. Privilégiez les hauteurs. Les zones inondables se transforment en un terrain dangereux pendant la nuit. Évitez les rizières et les bords de mer en cas de montée de la marée. Les animaux nocturnes aiment bien chasser dans ces espaces et les serpents y érigent leurs nids. Ainsi, restez attentif à ce détail. 

En outre, les chantiers ne se voient pas non plus comme des places idéales pour instaurer votre installation. Effectivement, l’individu s’y sent plus en sécurité à cause du fait que l’homme domine déjà le terrain et l’aménage. Les animaux sauvages ne risquent pas de s’y aventurer. Toutefois, les ouvriers reprennent leur travail de bonne heure et ne s’attendent pas à la présence d’un visiteur clandestin. Des accidents peuvent s’y produire. Et en dernier, les zones militaires sont à proscrire.

 

Où poser sa valise ?

La France regorge de nombreux sites naturels où l’on peut bivouaquer tranquillement. Pour les amateurs de nuits à la belle étoile, il y a le parc national des Écrins. Il se trouve en Isère et Hautes-Alpes. Le paysage est à couper le souffle. Des traits blancs ornent et dessinent les montagnes qui entourent le lieu. Les adeptes de randonnée ne résisteront pas aux charmes de la région. 150 sommets sur des hauteurs de 3 000 m n’attendent plus qu’à être découverts.

En outre, le parc national de Mercantour dans les Alpes-Maritimes et de Haute Provence propose également des sites écologiques où règnent une large variété de faunes et de flores. La zone se situe à l’extrémité sud-est de la France, juste entre la frontière entre le pays et l’Italie. Seul le bivouac est autorisé sur les lieux. D’autres multitudes de réserves restent accessibles à ses voyageurs.

Le nord de la métropole cache de nombreuses plages aux paysages magnifiques. Le Périgord et ses jardins figurent également dans la liste des destinations à ne pas manquer. La plage de Beauduc constitue aussi une option favorable pour les adeptes du sable et de la mer. Le lieu enchante les amateurs de sports nautiques de tout genre. On peut même se balader à cheval et y poser confortablement son abri.

 

Autour des normes et des alignements qui régissent le camping sauvage

Des décrets et des réglementations strictes conditionnent et régulent cette pratique. La proximité de certains lieux se voit assujettie à des obligations astreignantes. D’où il s’avère nécessaire de toujours  se renseigner sur le site avant de partir à l’aventure. Effectivement, certaines localités interdisent le camping sauvage.

En tant que citoyen, il existe quelques bases à respecter une fois son campement installé dont la première repose sur la bienveillance de son espace de vie, de son environnement et évidemment de la nature. Avant de vous coucher, vérifiez donc qu’aucun objet ou effet personnel ne traine dehors. Récoltez vos ordures et vos bouteilles vides dans un sachet pour les jeter à la poubelle au petit matin.

Ne vous étalez pas trop  longtemps sur un même campement parce que votre présence risque de déranger les animaux et de nuire à l’écologie. Avant de partir de là, n’oubliez pas de nettoyer. Effacez les moindres signes qui indiquent votre passage sur les lieux. Maintenez la zone aussi propre qu’elle a été avant votre arrivée.

 

 

Les gestes de survie à connaître

Que l’on opte pour un équipement de choix qui coûte inexorablement ou non, il s’avère utile d’apprendre les réflexes à adopter en cas de problèmes au milieu de la nature. En toute circonstance, il faut manger à votre faim. Le corps dépense beaucoup de calories lors de ces aventures en plein air. Ainsi, compensez cette perte en vous approvisionnant à toute heure. Préférez les aliments préfabriqués à la place des nourritures qui mettent longtemps à cuire.

Comme vous passez la journée à marcher, ne vous encombrez que du strict nécessaire. Des bottes en cuire, une lampe frontale, d’un accessoire de survie comme une scie à fil, une gourde, quelques ustensiles pour se préparer à manger et surtout une tente de randonnée de qualité. Pour ceux qui ont du mal à s’approprier le modèle correspondant à leurs exigences, trouvez ici une sélection des meilleurs produits sur le marché. Par ailleurs, gardez toujours en tête de bouillir l’eau avant de la consommer.