Dernière mise à jour: 09.12.19

 

Bien que le bois figure parmi les matériaux prisés par les campeurs pour sa robustesse et son esthétique naturelle, cela n’empêche pas sa structure de se plier aux effets du temps et des conditions climatiques. La solution, s’assurer d’entretenir régulièrement son mobilier de camping afin d’optimiser sa durabilité. Si vous ne savez pas par où commencer, faites un tour sur cette revue.

 

Choisir le bon moment

On remarque dans le commerce que les équipements en bois sont souvent plus onéreux que ceux conçus en d’autres matériaux. C’est pour cela que l’étape de la maintenance de la structure prend toute son importance. De cette manière, vous prolongerez efficacement sa durée de vie et rendra rentable votre investissement.

Prendre soin de sa table de camping ne relève cependant pas de procédures compliquées. Dans tous les cas, vous pouvez vous exécuter à tout moment de l’année sauf lors de la période hivernale selon les conseils des connaisseurs. Faites tout de même en sorte de bien vérifier les conditions météorologiques pour obtenir des résultats optimaux. Procédez par exemple, durant une journée ensoleillée à condition que la température ne dépasse pas les 25 °C. Assurez-vous également de protéger votre mobilier des intempéries pour entamer vos processus.

 

Identifier les causes des dommages

La première étape de votre entretien commence par une évaluation des dégâts. Inspecter l’armature fait partie des interventions incontournables pour avoir une idée de l’envergure des travaux qui vous attendent. Pour cela, il suffit de détecter les signes de dégradations présentes sur la structure de la table. S’agit-il de moisissures, des orifices causés par les insectes ou simplement un vieillissement du bois ? 

C’est surtout en fonction de vos observations que vous déterminerez la démarche à entreprendre pour remettre à neuf votre mobilier. Mais aussi, cela vous permettra également d’identifier les matériels que vous devez avoir à disposition pour mener à bien votre tâche.

Une fois que vous avez diagnostiqué les origines de la détérioration de votre meuble, il ne vous reste plus qu’à vous diriger vers une enseigne dédiée pour vous équiper des produits adéquats qui vous débarrasseront des champignons ou encore des insectes en question.

 

 

Procéder à un post-nettoyage

Toute procédure d’entretien commence toujours par une étape de nettoyage au préalable. Pour ce faire, vous avez à vous munir d’une simple brosse souple. À l’aide de cet accessoire, vous éliminerez les résidus de poussières et autres saletés. Assurez-vous de bien vous appliquer sur les surfaces visibles comme les endroits difficiles d’accès, sur les supports ou le revers du plateau. 

N’hésitez pas à frotter avec un peu de force pour vous débarrasser des dépôts récalcitrants. Si vous n’arrivez pas à atteindre certaines zones, vous pouvez remplacer votre matériel avec un équipement aux dimensions réduites comme une brosse à dents (que vous n’utilisez plus bien sûr) par exemple.

 

Utiliser des produits naturels

Pour le nettoyage proprement dit, il vous faudra tout d’abord identifier le type de bois. S’il s’agit du bois brut, vous avez la possibilité d’employer du savon noir comme produit naturel. On parle ici d’une structure qui ne possède pas de vernissage, de peinture ni de cirage. Vous avez donc à diluer le savon noir liquide dans de l’eau chaude ou tiède. Imbibez votre brosse à poils souples puis frottez la surface avec celui-ci. En utilisant cet accessoire, vous éviterez par la même occasion d’égratigner ou de rayer votre meuble.

Si vous avez le décrassage comme objectif, il vous reste à employer des cristaux de soude. Le procédé est le même qu’avec le savon noir. Mélangez un verre de ce produit dans environ, un seau d’eau. Vous pouvez vour servir d’une éponge pour le frottage.

Pour les taches, une astuce de grand-mère pourrait vous aider de manière pratique. Préparez un mixage de bicarbonate de soude avec de l’eau. Prenez par la suite, un citron que vous découperez en deux. Gratter la zone concernée avec le fruit que vous décrassez ensuite avec une éponge baignée dans la solution précédente.

Si vous avez recours à des articles industriels, on vous recommande de porter le minimum de matériel de protection requise comme des gants en caoutchouc ou encore des lunettes pour assurer votre sécurité. Vous pouvez également employer un tuyau d’arrosage un vaporisateur pour ne pas entrer en contact direct avec le produit. Dans tous les cas, vos procédés doivent finir avec un rinçage de l’ensemble des surfaces que vous avez nettoyées antérieurement.

 

Laisser sécher

Après ces démarches, il vous faudra ensuite laisser « respirer » le bois. Accordez un temps de pause d’au moins vingt-quatre heures à votre meuble afin que les produits que vous avez utilisés fassent leurs effets. Cette étape demeure cruciale surtout si vous envisagez de vous embarquer dans la phase supérieure de votre entretien. Ici, on parle d’ajouts d’éléments de protection pour l’armature.

Cependant, avant de procéder à toute intervention, il vous faudra identifier le type de bois de votre mobilier. Pour cela, demander l’avis d’un spécialiste peut s’avérer être une bonne alternative.

Mais aussi, le fait de préserver la structure de votre meuble la rend moins vulnérable aux agressions extérieures comme les intempéries, l’humidité ou encore les UV. Cela vous permettra d’accroitre sa durabilité. Pour le teck par exemple, vous pouvez enduire le mobilier d’huile de teck pour garantir sa protection en profondeur. Pour le pin, la lasure se présente comme un moyen efficace pour parer les attaques des insectes et des moisissures. Pour ce qui est du bois exotique, l’huile de lin demeure une option fonctionnelle.

 

 

N’oubliez pas les accessoires

Une table à utiliser lors d’un camping possède des éléments à vérifier régulièrement, surtout après la période hivernale. On fait référence aux accessoires métalliques comme les vis, ou encore les clous. Pendant la saison froide, le bois a tendance à se raffermir et quand il fait chaud, la structure gonfle. Ainsi, les composants peuvent bouger de quelques millimètres sous l’action de ces variations climatiques. Pensez donc à les resserrer ou colmater les trous occasionnels.

Si vous laissez votre mobilier à l’extérieur toute l’année, contentez-vous de le recouvrir d’une housse pour le préserver des altérations causées par la météo et autres sources de dégradation.