Dernière mise à jour: 15.11.19

 

Un sac confortable est primordial pour tous randonneurs qui se respectent. Cela minimise nettement les courbatures et maux de dos liés aux déplacements de longue durée sur des terrains difficiles. Un réglage correct au niveau des sangles peut tout aussi faire la différence. Donc, ajustez bien les vôtres et faites un bon voyage.  

 

Avant les ajustements

Effectuez les réglages uniquement sur un sac complètement rempli. Ils seront faussés si vous procédez avec une sacoche vide ou à moitié pleine. Donc après avoir bien agencé le poids de manière à ce que le centre de gravité soit au milieu, vous pouvez commencer avec les ficelles.

La posture compte énormément pendant que vous ajustez les sangles. Pour y parvenir, il faut se tenir droit et non courbé ou assis puisque les raccords peuvent ne pas convenir à la marche. Vous allez vous fatiguer trop vite ou manquer de confort après une certaine durée.      

 

La ceinture abdominale

Quand le sac est accroché sur votre dos, vous allez répartir le poids au-dessus du bassin à l’aide de la ceinture abdominale. Pour ce faire, connectez les deux bouts puis serrez assez fortement votre ventre. Après cela, vous devriez ressentir la majeure partie de la masse transférée des épaules vers le haut des hanches. 80 % du poids, c’est le signe d’un ajustement correct.  

Il faut éviter de se retrouver avec un sac qui traine jusqu’aux fesses. Cela va tout simplement ralentir votre marche. Donc, positionnez la ceinture de manière horizontale et non oblique. Quand vous serrez en position assise, en vous levant après, vous constaterez du jeu.      

 

La hauteur des bretelles 

Après la ceinture vient l’ajustement des bretelles. Cette fois encore elles devront se plaquer fermement sur les épaules de sorte que les 20 % du poids soient supportés. Pour en avoir le cœur net, passez vos doigts en dessous sans trop forcer. Si vous n’y arrivez pas, desserrez un tout petit peu.

Vous n’êtes pas censé soutenir les lanières avec vos bras. Le sac en lui-même devrait s’accrocher à votre dos et non l’inverse sans que vous fassiez un effort supplémentaire pour le redresser.       

 

 

Les sangles de rappel

Ces dernières se situent au-dessus des bretelles. Ces éléments servent à compenser l’écart qui se trouve entre la tête du sac et votre corps. En d’autres termes, ils permettent de ramener quelques kilos supplémentaires sur le dos. Par conséquent, la totalité du poids sera répartie et la stabilité va être améliorée.  

Toutefois, les personnes obèses ou super musclées s’en passent souvent. En effet, leur morphologie s’adapte plus facilement au design de la sacoche. Du coup, ces randonneurs n’ont pas à rétrécir les rappels de charge des bretelles. En revanche, un individu à la taille fine aura besoin de tous les serrages présents sur un sac à dos de randonnée.

 

La sangle de poitrine

Cette dernière est certainement la moins sollicitée d’entre toutes. Cependant, elle sert à rapprocher les bretelles pour changer leur appui sur le thorax. Donc, l’essentiel avec cette partie du sac c’est d’obtenir le confort désiré. Certaines personnes préfèrent la serrer tandis que d’autres se sentent à l’aise sans avoir à l’utiliser.   

Par conséquent, à vous de voir si son usage vous profiterait ou pas. C’est aussi une question de morphologie puisqu’avec une poitrine assez développée, vous vous sentirez plus à l’aise sans cette attache.   

 

Régler en fonction du poids

Le poids du bagage importe grandement au niveau du réglage. Plus il pèse lourd, plus vous allez souffrir durant ou après le trajet. Pour prévoir ce genre de soucis, le principe est simple, optez pour un exemplaire à contenance réduite même pour les longs périples.

Contentez-vous d’un sac de 30 l seulement pour un trekking d’une semaine ou plus. Ce n’est pas du tout évident. Cependant, vous économiserez plus d’énergie. D’ailleurs, agir de la sorte plutôt qu’avec tous les équipements mis à votre disposition donne plus de piquant à l’expédition. En effet, cela anime le côté débrouillard et primitif en chacun de nous, ce qui fait tout le plaisir de l’aventure.            

Concernant le réglage, il faut serrer à fond si la masse se révèle importante. Avec une charge de plus de 20 kg, vous pouvez facilement vous déstabiliser en cas de fixation faible. Le sac aura tendance à bouger sur la moindre inclinaison de terrain, ce qui entrainerait des chutes plus ou moins graves selon la situation.

En revanche, vous êtes libre de desserrer les sangles si l’ensemble fait moins de 10 kg. Dans ce cas, votre dos pourra transpirer librement et profiter du vent tout au long de la randonnée. D’ailleurs, une charge pareille se porte en une seule courroie, ce qui élimine tous les ajustements conseillés précédemment.          

 

 

Voyager au lieu de randonner

Même avec les bons réglages des sangles, personne n’est à l’abri de la fatigue suite à une randonnée de plusieurs heures. Donc pour limiter les dégâts, faites le plein d’énergie en vous goinfrant de nourriture avant de partir pour une nouvelle destination.

Ce voyage nécessitera seulement les vêtements de rechange, une bouteille d’eau et quelques équipements de base. Ainsi, votre sac ne vous encombrera pas si vous ôtez les aliments. Par la suite, vous profiterez pleinement de la balade en étant léger.    

Et quand la faim persiste en cours de route, faites un tour auprès des auberges et hébergements que vous avez réservés. Ensuite, prenez le temps de reprendre votre souffle et de récupérer, rassasiez-vous et passez une bonne nuit de sommeil pour repartir sur le bon pied le matin. Certainement, c’est beaucoup plus pratique et moins fatigant qu’une randonnée classique.

D’ailleurs, il est possible de voir du paysage sans trimballer ses bagages. Si vous vous trouvez sur les axes du GR70, des véhicules se chargent de livrer votre sac d’hôtel en hôtel suivant vos déplacements. Du coup, c’est comme voyager librement sans le moindre souci. Donc, profitez-en au maximum si vous expérimentez une chose pareille. La seule condition pour que tout cela se réalise, c’est le plein de billets en poche.