Dernière mise à jour: 06.12.19

 

Ceux qui n’ont pas l’habitude de pratiquer la randonnée ne voient pas l’utilité d’une lampe de type frontal dans leur inventaire. Pourtant, cet accessoire fait partie des incontournables si l’on veut que la marche et le campement se passent au mieux. Voici quelques exemples de situations où vous pourriez en avoir besoin.

 

Faire face aux imprévus

Durant une randonnée à pieds ou à vélo, il y a toujours quelques imprévus auxquels on doit faire face, surtout si on l’a mal préparée et si on voyage en groupe. Certains peuvent par exemple se fatiguer avant l’heure et ralentir l’ensemble ou arriver en retard.

Le temps ne nous est pas non plus toujours favorable. Un orage peut soudainement éclater vous forçant à vous abriter jusqu’au retour du soleil. Les températures chutent aussi la nuit en plus de l’humidité. Donc couvrez-vous bien avant de vous mettre en route.

D’autres se perdent sur leur carte, parce qu’ils n’ont pas tracé correctement leurs itinéraires ou parce que certains points ne correspondent plus à la réalité et aux nouveaux aménagements ayant eu lieu dernièrement.

Même si l’on fait tout pour être synchronisés à la seconde, un rien peut modifier votre programme. C’est pourquoi il faut toujours s’attendre à passer la nuit dehors ou à arriver tard sur le campement, et donc se munir d’un système d’éclairage performant : lampes torches, frontales et autres. Sachez qu’un briquet ne fera pas l’affaire.

 

 

Garder les mains libres

On transporte souvent plusieurs affaires durant un camping. Et même si le sac à dos a été conçu pour ça, vous pourriez garder certains objets en main durant la marche comme le GPS, la barre de chocolat, la carte, la boussole, un bâton pour vous éviter de perdre l’équilibre et de tomber. Et une lampe de poche en plus vous encombrerait sûrement. Donc pour l’éviter, préférez une lampe frontale.

C’est encore plus évident lorsque vous dévalez les pentes en vélo ou que vous désirez mémoriser chaque instant de votre sortie nature en photos. Mieux encore, si vous parcourez un terrain glissant, caillouteux, que vous traversiez un cours d’eau, il vous faut les deux mains pour vous agripper à des branches ou pour vous frayer un passage dans les hautes herbes et entre les arbustes.

Les activités sur le campement aussi requièrent l’usage des deux mains comme monter sa tente tard dans la soirée, farfouiller dans ses affaires en pleine nuit ou à l’aube, lire le manuel du parfait campeur si vous n’y connaissez pas encore grand-chose, préparer son trek du lendemain… tout ça exige d’avoir sur soi un tel dispositif. Alors, si en plus vous avez l’habitude de vous lever la nuit pour faire pipi. Vous ne pourrez pas vous en passer.

 

Se sentir plus en sécurité

Il va de soi que marcher avec une lueur à la main ou droit devant est beaucoup plus rassurant que dans le noir complet. D’ailleurs, tous les bruits environnants quand il fait nuit tendent à accentuer l’adrénaline et l’anxiété que tout le monde ressentirait dans ce genre de situation.

Si vous marchez le long d’une route, afin de ne pas vous faire heurter par une voiture, vous signalez votre position par l’intermédiaire de la lampe de type frontal. Savoir que vous êtes plusieurs à visiter le même site à 2 h du matin procure aussi un sentiment de paix d’une certaine manière surtout lorsqu’il s’agit de rentrer dans une grotte, ou de découvrir les vestiges d’un château. Donc pour faire savoir aux autres votre présence ou communiquer à distance, vous aurez forcément besoin d’une lampe.

L’alpinisme, le ski, le trail, le trek, le VTT au beau milieu de la nature constituent tous des activités à haut risque. Vous pourriez être victime d’une mauvaise chute, vous retrouver bloqué dans la boue, ou rester enfermé dans des galeries. Heureusement, les lampes frontales les plus abouties embarquent différents modes d’éclairage, dont le SOS, pour prévenir les personnes situées aux alentours de la situation.

 

 

  •  Mais alors, quelle lampe mettre dans son panier ?

Pour qu’une lampe de cette catégorie vous sauve des pires scénarios, il faut déjà trouver la bonne. Sur le marché, tout le monde ne jure que par le LED. Il est économique et il éclaire bien. Maintenant reste à savoir s’il vous en faut une focalisée ou non focalisée. La différence ? Chez la première, le faisceau reste constant et puissant. La seconde n’éblouit pas malgré qu’elle illumine à courte distance. 

Vous aurez besoin des deux. Vous éclairez au loin pour regarder où vous mettez les pieds, ainsi que les personnes ou animaux que vous rencontrez en chemin. Puis vous ramenez la lampe torche sur votre écran de GPS ou votre carte afin de ne pas vous perdre sur tout le trajet.

Si vous tenez à l’autonomie, référez-vous aux modèles à piles. Ils brillent plus longtemps. Le plus judicieux, c’est d’acheter un exemplaire avec batterie rechargeable qui intègre un espace pour les piles. Lorsque vous vous trouvez en présence d’électricité dans un restaurant ou une station, vous rechargez vite fait, tandis que dans les montagnes vous insérez les piles. Ainsi, lorsqu’elles s’épuiseront, votre salut résidera dans la batterie. Les plus sophistiquées peuvent être rechargées via un câble USB ou de téléphone.

On n’en parle pas beaucoup parce que la plupart des vendeurs font toujours attention à ce détail, mais malgré la puissance, le confort, l’étanchéité, la facilité d’utilisation compte aussi dans le choix de cet équipement de randonnée. Pour changer de mode d’éclairage, comptez par exemple sur un système de boutons. Vous appuyez une fois pour démarrer, ensuite le suivant pour passer au type Constant lighting ou Reactive lighting et ainsi de suite jusqu’à ce que vous l’éteignez. D’autres préfèrent les spécimens pourvus de plusieurs boutons avec chacun leur fonction.

Les technologies présentes sur l’appareil le distinguent aussi de celles des autres. Certaines font en même temps office de détecteurs de mouvement. Parmi les marques les plus prisées, on remarque Linkax, Omeril, Halepro, Syosin ou encore Petzl.